ANGOULEME

Cathédrale Saint Pierre

Grand-Orgue

Vaste édifice roman dont les travaux de construction commencèrent vers 1100 pour s'achever vers 1140. Consécration en 1128. Une nef centrale coiffée de trois coupole sur pendentif. Transept et choeur hémisphérique à 4 absidioles. Tour lanterne à la croisée avec un dôme. Importantes transformations entrez 1852 et 1879 par l'architecte Paul Abadie. Clocher carré sur le bras Nord du transept. Nombreux chapiteaux historiés dont la majorité ont été refait au 19ème siècle. Mobilier contemporain de Pierre Sabatier (1999). Edifice classé Monument Historique depuis 1840.

Photo : A.D.OR.A./P.B.

Historique

En 1562, un orgue est détruit par les Huguenots.

En 1598, le chapitre achète à l'organiste Jean de l'Aigle un orgue qu'il possède dans l'abbatiale Sainte Croix de Bordeaux.

En 1658, le facteur Léonard Lefebvre vend un orgue au chapitre qui provient de Saintes.

En 1669 et 1682, réparations de l'orgue.

En 1727, réparations par le facteur J. L. Ducastel expertisées par François Cordé de Tours.

Entre 1780 et 1786, Simon-Pierre Miocque, élève de Clicquot, construit l'orgue actuel à 4 claviers.

En 1846, Nicolas Henry effectue une profonde restauration.

Dans la 1ère moitié du 20ème siècle, l'orgue est entretenu par Puget

En 1965, la maison Beuchet effectue une reconstruction donnant l'aspect actuel.

Le 21 juillet 1975, le buffet est classé Monument Historique.

Composition

Buffet à deux corps, oeuvre de Croizeau, en chêne et châtaignier, les sculptures étant en tilleul. Les boiseries ont été décapées et laissées à l'état brut lors de la restauration de 1965. Le grand corps comprend 5 tourelles de 5 tuyaux en mitre, la plus grande au centre, séparées par 4 plates-faces de 6 tuyaux. Le positif de dos comprend 3 tourelles de 5 tuyaux, les plus grandes aux extrêmités, séparées par 2 plates-faces de 8 tuyaux. Les 80 tuyaux de façade sont en étain et à écussons relevés. Les culots des tourelles du grand corps présentent des têtes d'angelots ailés. Les claires voies des plates-faces sont sculptées à retombées de glands de draperies. Les tourelles sont sommées de trophées, corbeilles végétales et angelots musiciens. La console de Beuchet est encastrée dans le soubassement du grand corps à la place de la console en fenêtre d'origine. Elle comprend 3 claviers manuels de 61 notes et un pédalier de 32 notes. Les registres sont des dominos à bascules en ivoirine placés de chaque côtés des claviers et au-dessus des ces derniers. 24 Pistons aux pieds. Transmissions électropneumatiques pour les notes et électriques pour les jeux.

I/ GRAND-ORGUE II/ POSITIF DE DOS III/ RECIT EXPRESSIF PEDALE
Montre 16
Bourdon 16
Montre 8
Principal 8
Bourdon 8
Flûte harmonique 8
Prestant 4
Flûte 4
Nasard 2 2/3
Doublette 2
Quarte de nasard 2
Tierce 1 3/5
Fourniture IV
Cymbale IV
Grand Cornet V
Bombarde 16
Trompette 8
Clairon 4
Montre 8
Bourdon 8
Prestant 4
Flûte 4
Nasard 2 2/3
Doublette 2
Tierce 1 3/5
Larigot 1 1/3
Fourniture IV
Cymbale III
Cromorne 8
Trompette 8
Clairon 4
Bourdon 16
Principal italien 8
Cor de nuit 8
Viole de Gambe 8
Voix Céleste 8
Prestant 4
Flûte douce 4
Flageolet 2
Plein Jeu IV
Cornet V
Trompette 8
Basson-Hautbois 8
Voix Humaine 8
Clairon 4
Soubasse 32
Flûte 16
Bourdon 16*
Flûte 8
Bourdon 8*
Flûte 4
Bombarde 32
Bombarde 16
Trompette 8
Clairon 4

* emprunts du Bourdon 16' du GO

Combinaisons : Tirasses en 8' I, II et III - Tirasse en 4' III - Accouplements en 8' II/I, III/I et III/II - Accouplements en 16' II/I, III/I et III/III - Tutti mixtures - Tutti général - Annulateurs anches I, II, III et Pédale - Appel Bourdon 16 et Bourdon 8 - Appel Soubasse 32' - Tremblant III - 8 combinaisons fixes - 6 combinaisons ajustables - Expression III par pédale à bascule au centre - Crescendo

Titulaire : Frédéric LEDROIT